ARRÊTONS DE PERDRE NOTRE TEMPS.


Photographie : Emeline Desportes


Le temps, le temps passe si vite. Le temps est comme le sable entre les doigts. Le temps est relatif, le temps est précieux.

A vous, qui, devant votre écran, êtes en train de débuter votre lecture, et à vous qui irez peut-être jusqu’à la fin : merci. Merci de consacrer ces minutes que je vous vole. Je ne vous les rendrais jamais, il n’y aura plus jamais de 22 septembre 2018 à 17h54 dans l’Histoire. Chaque seconde est unique, chaque seconde compte. Que vous pensiez avoir la vie devant vous, ou que vous entendiez le son sourd de la fin, battez-vous. Battez-vous pour vivre une vie dont vous seriez fiers, sans regret.

Osez. Vivez. Créez. 

Chaque nouveau lever de soleil est une chance. Chaque jour est unique. Vous ne pouvez pas lutter contre la vie, le but n’est pas d’être heureux chaque jour (du moins je ne crois pas) mais de VIVRE. De ressentir chaque émotion, de l’accueillir, d’utiliser la souffrance et de la rendre belle, d’apprendre de ses erreurs, d’observer tous les petits détails qui nous entourent, de la petite feuille qui se balance sous le vent d’automne, aux nuages joueurs ; ces beaux voyageurs dans lesquels les oiseaux tournoient.

Arrêtez de procrastiner, si quelque chose peut être fait, allez-y! Qu’attendez-vous?

D’ailleurs, arrêtons d’attendre. D’attendre les gens, les réponses, les éclairements, la bonne situation, la sécurité, le confort, la richesse, que sais-je… Nous attendons tous quelque chose, mais n’oublions pas qu’une fois la décision prise de consacrer du temps à attendre, l’attente gourmande, goulafre, prend tout et ne nous rendra jamais ce temps si précieux.

Alors, faut-il être toujours actif, faire mille choses, voir mille endroits, écrire mille lignes, marcher mille mètres, lire mille pages, ramasser mille feuilles et attendre mille heures? Je pense qu’il faut juste trouver un équilibre. L’équilibre est différent pour tout le temps, il est dur à capturer, volatil, il s’envole souvent pour qu’on puisse mieux le retrouver. L’équilibre est essentiel.

Attention, ne nous sentons pas coupables d’avoir accordé du temps à ne « rien » faire. Ces moments sont également très importants. Parfois, j’ai l’impression de passer ma vie à courir, mais c’est dans ces moments qu’il faut s’arrêter.

S’arrêter pour admirer, s’arrêter pour respirer, pour lire, pour écouter, goûter, sentir, caresser, murmurer, prier, remercier, pour sentir le temps qui passe et écouter le doux tic-tac des horloges, prendre l’instant présent dans ses mains. C’est en ne faisant rien parfois qu’on fait tout. Profitez de vos transports en métro, bus, avion, voiture, pour scruter les gens, observer ces différences qui rendent tout le monde si beau, ces rides comme ces joues rebondies, ces sourires comme ces grimaces.

Ne soyons pas des robots, soyons humains.

Parce que le temps est précieux et qu’il passe si vite, parce qu’on a qu’une vie, qu’un seul beau voyage et que l’on est les seuls à en écrire l’Histoire, parce que le quotidien peut se retrouver bousculé d’un instant à l’autre, parce que, que l’on soit un nourrisson ou un vieillard, un adolescent ou un adulte, on est tous sur cette planète, égaux devant la mort. Parce qu’on ne sait pas si aujourd’hui donnera lieu à demain, il fallait que je vous dise d’arrêter de perdre votre temps.

Chacun a ses occupations, ses trésors, ses amours, ses passions, ses phases de découragement, ses tristesses, vous êtes uniques et vous avez votre propre manière d’utiliser votre temps. Ne vous sentez pas jugés de l’utiliser différemment des autres, de la norme, des habitudes. Chaque seconde est déjà partie, acceptons d’être petits dans notre humanité et de nous entraider, de nous pousser à profiter de chaque instant, de nous rappeler que Vivre ne doit pas être une habitude, une routine épuisante mais une quête, un trésor, un cadeau. Une rose a ses épines et nous avons tous nos casseroles, nos origines, nos finances, nos blessures, nos corps mais, tâchons de nous rappeler que tels les feuilles d’un arbre, nous avons tous le même nom « Homme » et nous aurons tous le même sort.

Photographie : Emeline Desportes

La petite feuille tombe de l’arbre de la jeunesse, rougit, reflétant toute la beauté extraordinaire de l’âge et s’évanouit dans l’immense tourbillon du temps.

Alors ne perdons pas notre temps et utilisons-le à bon escient.

 

Le présent est déjà le passé, quand le futur devient déjà notre présent. 

Merci de m’avoir accordé votre temps, l’espace d’un instant…

A très vite, 

Emeline.  



Le p’tit plus en vidéo :



Une p’tite citation? 

« Question : comment faire pour ne pas perdre son temps ?

Réponse : l’éprouver dans toute sa longueur.

Moyens : passer des journées dans l’antichambre d’un dentiste, sur une chaise  inconfortable ; vivre à son balcon le dimanche après-midi ; écouter des conférences  dans une langue qu’on ne comprend pas, choisir les itinériaires de chemin de fer les plus longs et les moins commodes et voyager debout naturellement ; faire la queue aux guichets des spectacles et ne pas prendre sa place, etc.  »

Page 31 -Albert Camus La Peste

Publicités

4 réflexions sur “ARRÊTONS DE PERDRE NOTRE TEMPS.

  1. Sarah Dima

    Magnifique !
    Vraiment merci !
    Ce texte me rappelle le poème de Baudelaire, repris en chanson par Mylène Farmer : l’Horloge.
    Si tu connais pas je t’invite à le découvrir (ça ne te prendra qu’une minute haha !)

    Sarah
    The Trendy Style

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s