Portrait : Séraphie alias Thelittlegirl


be yourself. Always. (1)
ED Crédit image : thelittlegirl

Vous la connaissez peut-être sous son nom de youtubeuse « Thelittlegirl », aujourd’hui je vous présente Séraphie par qui j’ai eu le grand plaisir d’être interviewée pour sa chaîne youtube que vous pouvez retrouver dans ce lien! CLIQUEZ!

Si vous lui demandez de se présenter, cette fille pétillante de 18 ans aux boucles sauvages vous répondra, gênée « ça fait trop CV -rires- je suis quelqu’un….« .

Qui suis-je? Une question qu’elle n’est pas la seule à se poser encore aujourd’hui. Se redéfinir est une tâche de tous les jours. Chaque jour amène son lot de surprises et ses leçons…

Crédit : thelittlegirl

Rêveuse, un filet de voix lui échappe tandis qu’elle laisse la chaleur inhabituelle pour ce mois d’avril lui caresser le visage, la tête penchée vers le soleil : « j’adore le ciel bleu…très bleu….sans aucun nuage… »


La vie? Comme les muffins au chocolat, Séraphie la croque à pleine dent. Réfléchir en déambulant dans le paysage seule lui permet de se recentrer sur elle-même, sur l’essentiel. Sa voix douce se perd dans les odeurs d’été « j’ai jamais vraiment su qui j’étais…mais je suis sur la bonne voie. Je me trouve à travers les autres….Quand je parle avec les gens, je réfléchis sur moi. »

pixabay.com

Le but de la vie? S’épanouir. S’assumer.

Oui, vous avez bien entendu, S’ASSUMER! Dans le monde d’aujourd’hui, on essaye de montrer son individualité et son originalité mais les barrières sont toujours là.

Pourtant, comme l’a si bien dit Séraphie, « on vit avec soi toute sa vie, H24 avec nous même, autant s’assumer, s’aimer… » Maître Zen disait « S’assumer c’est s’autoriser d’exister tel que l’on est. »

Pourquoi hésiter à prendre des initiatives même si elles sortent de la norme? « Il ne faut pas chercher à se fondre dans la masse même si ça ne plait pas forcément aux autres. » nous a-dit Séraphie. « Vous vivez Votre vie, pas celle des autres! »

Oscar Wilde disait : « Il y a un moment où il faut choisir entre vivre sa propre vie pleinement, entièrement, complètement, ou traîner l’existence dégradante, creuse et fausse que le monde, dans son hypocrisie, nous impose.« 

Crédit : thelittlegirl

La vie n’a pas été un long fleuve tranquille pour cette jeune fille de 18 ans!

18 années qui ont passé si vite malgré tout.  En pleine puberté, dans son année de quatrième, elle est touchée par un mal qu’elle auto-diagnostiquera plus tard comme une dépression. L’autodestruction mentale, sa meilleure amie pendant ses années collège, a puisé ses sources dans un manque cruel de confiance en soi.

Banal selon vous? Un mal être qui peut pourtant aller très loin. Même si aujourd’hui Séraphie est une jeune femme à la conquête du bonheur, malgré les rechutes, elle a eu du mal à tourner la page et a cherché à effacer ses souvenirs douloureux à jamais. La puberté est un thème qui mériterait un article à lui entier. Changements en tous genres, poids, silhouette, visage, et tant d’autres… Beaucoup de personnes n’arrivent pas à gérer cette montagne de nouveautés. Cette jeune femme qui « se trouvait vraiment horrible » apprend de jour en jour à accepter son corps : son seul vaisseau jusqu’à la mort..

Crédit : thelittlegirl

La dépression engendre un grand sentiment de solitude que thelittlegirl a essayé de nous décrire, les yeux perdus dans le vague ou plutôt dans les souvenirs… »je voyais toutes les autres filles, minces, qui avaient l’air d’être si heureuses…j’en voulais à tout le monde…je ne voulais plus être là…je ne voulais pas vivre…je n’étais pas heureuse… » 


Séraphie étalait la spirale infernale de ses états d’âme sur les feuilles vierges de son agenda mais un jour, son voisin de classe les a vues, et a écrit dans son agenda « Je te passe une corde et un tabouret si tu veux« .

Si je fais aujourd’hui des portraits sur le blog c’est pour toutes ses choses, pour qu’elles arrêtent de se produire. Savez-vous à quel point un commentaire pareil peut faire mal même si vous pensez que ce n’est qu’une blague?


Séraphie, telle un naufragé sur son bateau, désespérée, a remis à de nombreuses reprises en question son utilité dans ce monde. « Dans ces moments, on se demande si ça vaut la peine d’exister, après tout, on ne sert à rien… » nous a-t-elle dit d’une voix triste, un pied dans le passé, sa voix témoin d’une époque révolue,  voyageuse dans le temps vers des souvenirs douloureux qu’elle cherche encore et toujours à refouler.

Ses amies l’ont beaucoup aidée à sortir de cette dépression et à respirer à nouveau. Il faut trouver de bons amis, se débarrasser des relations toxiques car même si on ne peut pas être heureux tous les jours, Séraphie nous a confié avec un sourire « L’amitié donne sens à la vie, accorde la confiance qui manque. Les amis nous poussent plus haut, nous écoutent, sans jugement. » 


Le jugement….bien trop présent à mon goût aujourd’hui.

Parlons religion par exemple! thelittlegirl nous a confié avec sincérité ce qu’elle ressentait, la peur d’air jugée par les gens qui trouvent ça « vieux jeux ». Il est très difficile aujourd’hui si l’on est pas bien entouré  : d’assumer, encore une fois. Croire n’est pas un long fleuve tranquille tantôt soumis aux assauts du monde qui se dit pourtant ouvert à tous mais qui donne parfois l’impression de se fermer de plus en plus ; tantôt traversé par des remises en question, des hauts, des bas…

Les amis ne sont pas les seuls qui peuvent aider : « La famille aussi est très importante, elle permet de se remettre dans le bon chemin lorsqu’on a emprunté le mauvais, de s’améliorer en ayant un point de vue extérieur qui peut aider. »

Pour tous ceux qui souffrent de dépression ou d’isolement, vous n’êtes pas seuls! Vous pouvez retrouver un sens à votre vie. Vous servez à quelque chose. Tout le monde a un rôle à jouer sur cette planète! VOUS AVEZ UN ROLE A JOUER! Soyez courageux, demandez de l’aide, parlez-en autour de vous, mais n’abandonnez pas!

Crédit : thelittlegirl

En plus de sa vie quotidienne d’étudiante en BTS, Séraphie est sur YouTube sous le nom de « Thelittlegirl ». L’ouverture de sa chaîne, il y a maintenant un an, aura été pour elle « une très belle découverte ».

D’abord impressionnée par tous ces YouTubers qu’elle admirait, elle n’a pas tout de suite osé se montrer mais, soudain, tout a commencé un peu sur un coup de tête, par hasard. Une envie de s’exprimer par rapport à l’école et sa chaîne était lancée, donnant naissance à une belle histoire.

 

 

 

 

 


Thelittlegirl ne se qualifierait pourtant pas de youtubeuse, en effet, « c’est un grand mot que je laisse aux célébrités… »

Cette plateforme lui permet de partager à ses maintenant 101 abonnés des fragments de sa vie où Séraphie cherche encore et toujours son épanouissement et se construit peu à peu. Les mauvais commentaires la pousse à se remettre en question même si, parfois, ils déstabilisent et la pousse à se demander « Est-ce la peine de continuer? Vaut-il mieux arrêter? »

Rassurez-vous, Séraphie est motivée et se consacre maintenant pleinement à sa chaîne!


pixabay.com

Ses boucles rousses dansent avec joie autour de son visage en sculpture, ses yeux sont remplis d’intelligence, et soudain…une question nous vient : Pourquoi ne pas se lisser les cheveux? « Si on est né avec des cheveux bouclés, c’est ce qui nous va le mieux à mon sens ; ça adoucit le visage! » nous a-t-elle répondu avec un doux sourire! Et on est bien d’accord 😉

Sa peau de pêche resplendit encore sous le soleil couchant, les oiseaux nous offrent un dernier concert comme pour marquer la fin de ce magnifique portrait mais il me reste un dernier message pour vous!


Pour tous ceux qui n’ont pas de projet, qui ne savent pas quoi faire de leur vie, qui doutent, Séraphie a un mot spécial qui vous est destiné :

« C’est normal de ne pas tous avoir un projet, même si ça peut être décevant, il faut continuer à vivre en attendant de trouver! » L’évènement qui sera le déclencheur, le déclic vous attend encore alors soyez patients 😉

A très vite,

Emeline. 

Crédit : thelittlegirl

 

 

 

Publicités

Portrait : Laurent Le Floc’h

17 ans, presque mon âge, une journée comme une autre et pourtant si différente.         Marcher.    Rentrer chez soi.    Traverser.    Impact.

Et si la vie avait décidé que plus rien ne serait identique?

Et si c’était le dernier jour où vous pouviez marcher? 

Voilà ce qui est arrivé à Laurent. Personne ne peut imaginer qu’une chose pareille s’imice dans SA vie. L’avenir est si flou, tout ce que l’on connaît peut s’arrêter du jour au lendemain…

Mardi était une journée banale, mercredi a été le début d’une nouvelle vie. Percuté par une voiture, sa moelle épinière touchée, Laurent ne pourra plus jamais remarcher. Et pourtant, la vie continue, la Terre continue de tourner, le soleil de briller et d’illuminer le monde, les voitures de rouler, les gens de courir, pressés, fatigués, les humains continuent de s’aimer et de se détruire en même temps, les progrès continuent d’affluer, les oiseaux de chanter, le temps continue de s’écouler, inexorablement

 

 

 

 

J’ai eu la chance de rencontrer cette personne, humble, honnête, courageuse et      forte qui à 17 ans a vu sa vie prendre un chemin qui le rebutait, qu’il fuyait comme la peste : le handicap.  » La vie est un défi, mais il faut défier la vie » L.

Il a du apprendre à être résilient : « On prend un être humain, et on lui donne un grand coup sur la tête pour le rendre plus fort ; notre moteur à tous est la volonté. » nous a t-il confiés. Après l’accident, la majorité de ses amis se sont éloignés. L’être humain peut être si affreux et cruel parfois. Tout cela m’a fait réfléchir. Comment réagiriez-vous si un de vos amis perdait sa mobilité? Comment réagirais-je si c’était un de mes amis? Tout repose sur le système du non-dit, « les gens n’osent pas en parler, poser des questions… » L. Il est très important « d’aller vers les gens malgré la peur » L.

https://www.facebook.com/llefloch1

« Le handicap n’est pas une fatalité, la vie ne s’arrête pas, on peut être heureux » voilà son message d’espoir! Il l’a, d’ailleurs, prouvé tout au long de sa vie! Après l’accident, il a repris ses études, validé un BTS, puis travaillé pendant une quinzaine d’années en tant que comptable. « L’Humain s’adapte à tout » L. Malheureusement, le milieu professionnel pour les handicapés de la vie reste difficile. Il faut donc aider les enfants handicapés à pouvoir aller à l’école pour avoir une scolarité normale, faire des études afin de trouver plus tard du métier! Voyez les points communs, pas les différences… 

 

 

 

 

Cela fait maintenant 4 ans que Laurent acte dans le milieu associatif et redonne le sourire à ceux qui l’avaient perdu. Il fait notamment partie d’une incroyable association qui avec ses 7 antennes en France dont une en Bretagne, à Ploemeur, voit des sourires s’épanouir sur les visages des gens qu’elle rencontre : Vagdespoir. Voici le lien pour les curieux!

 

 

 

 

Ici, en Bretagne, où la mer est la mère qui nous berce au sein de ses vagues, je trouve ça magnifique que certaines personnes rendent accessibles à tous les sports de glisse! A travers eux, Vagdespoir interpelle, communique, échange. Surf, skate, kite, kayak, plongée, équitation, grimpe dans les arbres, « tout est possible« ! Cette association organise chaque année un week-end où 250 personnes dont 70 handicapés se réunissent autour des sports dans les magnifiques espaces de la Bretagne. « On leur montre que c’est possible, que ce soient aux handicapés ou à leurs familles » L.

 

 

 

 

Il a aussi créé tout récemment une nouvelle association : Handiàbord. Son but?Réaménager un bateau pour le rendre accessible à tous. Merveilleux, n’est-ce pas?

Voici le fameux bateau!
https://www.facebook.com/llefloch1

Le handicap n’est pas une fatalité, je vous le répète! Laurent est maintenant marié, a deux merveilleux enfants, tout est possible! Comment réagissent les enfants? Parfaitement, sachez que « les enfants ont une sorte de 6ème sens ; ils s’adaptent« ! L.

Handicape ne rime pas avec fin de la vie, au contraire. « La vie n’est pas terminée, vous allez faire de très belles rencontres, vivre des choses incroyables… » encourage Laurent. Cependant, « la vie n’est pas rose » nous a confié Laurent, touchant d’honnêteté et de sincérité. « Le handicap n’est pas facile à assumer et à vivre, mais TOUT LE MONDE a des difficultés dans la vie« .  L. La vie n’est pas un long fleuve tranquille…

Il s’adresse à chacun d’entre nous « Ne renoncez JAMAIS, prenez des RISQUES, la volonté est ce qu’il y a de plus important dans la vie, et SURTOUT, n’écoutez pas les autres!«  L.

J’ai d’ailleurs récemment écrit un article sur le sujet de la peur de l’échec.

 

N’oubliez pas « A coeur vaillant, rien d’impossible, le bonheur, c’est d’être bien là où on est. Essayez de faire toujours de votre mieux, ne regrettez rien » L.

https://www.facebook.com/llefloch1
Mille Merci à Laurent pour cette interview! We are all superheroes! YES I CAN!

Pour contacter Laurent Le Floc’h : CLIQUEZ

A très vite,

Emeline.