À la Une

TU ES MAGNIFIQUE!


Tu es MAGNIFIQUE.


ED

Tu es beau, belle mais tu vois pourtant le contraire dans ce miroir où tu cherches sans cesse ce qui ne va pas, ce qui ne correspond pas à l’affiche publicitaire que tu as admiré un peu plus tôt dans la journée… Cette femme était si belle, son visage sculpté, bien proportionné, son corps longiligne harmonieux, mais cette femme n’est pas toi, ni moi ; comme cet homme musclé qui accompagnait cette déesse n’est pas toi non plus. Toutes ces personnes au physique inatteignable que tu crois si heureuses ne sont pas toi et je suis désolée de le dire, ne le seront jamais.

Ton corps est un vaisseau qui traverse les bonheurs, les malheurs, malheureusement pas si étanche au dehors, au monde. Tu attends le matin où tu te réveilleras « beau ». Mais n’es-tu pas déjà beau? Magnifique, que dis-je! D’où vient ta valeur? Vient-elle des commentaires des autres, de ta ressemblance, ou non, aux mannequins d’aujourd’hui que tu admires, de la façon dont tu t’habilles, des modes, de ce que dit le monde de toi? D’OÙ vient ta valeur? Dieu t’as créé d’une manière absolument parfaite et il t’aime ainsi. Tes taches de rousseur sont splendides comme tes cheveux bouclés ou tes courbes. Chaque détail est le tien, un tout petit fragment de l’oeuvre d’art que tu es. Tu recherches encore ce qui te rend unique, sois heureux de l’apprendre que tu l’es déjà.


Mais alors, pourquoi toutes ces insultes? Je n’ai jamais compris pourquoi les gens aimaient tant critiquer, détailler, se moquer de ces corps que personne ne choisit comme d’une oeuvre d’art contemporaine dont personne ne comprendrait le sens. PERSONNE ne choisit à quoi il ressemblera. Malheureusement, et je me tiens aux dernières nouvelles, il n’y toujours pas de menu à la carte. Toi dernière ton écran, aimerais-tu vraiment pouvoir choisir de modifier çà et là ton corps? Cette proposition peut sembler alléchante, croustillante présentée ainsi, mais….serais-tu plus heureux?

On ne choisit pas sa famille, on passe sa vie à apprendre à l’accepter et à l’aimer.

On ne choisit pas son corps, on passe sa vie à apprendre à l’accepter et à l’aimer.

Celui qui a trouvé la recette miracle pour vivre ne serait-ce une seconde par jour au-dehors de son corps, qu’il se manifeste! Toute notre vie, chaque jour qui nous est accordé, notre corps est là pour nous aider à réaliser nos rêves. Apprends à être heureux de ce que tu as déjà.

Tu peux peut-être marcher, courir ou sauter et même si ce n’est pas le cas, tu peux peut-être sourire, respirer, et rire. Si tu n’aimes pas ton corps, quelqu’un l’aimera pour toi. Arrête de voir quelque chose qui n’existe pas, ce que tu vois dans le miroir est MAGNIFIQUE.

Un jour, je te le promets, tu verras ce que je vois.

Observes les expressions des gens autour de toi, la façon si infime qu’a leurs yeux de moduler en fonction du temps, ouvrant la voie vers leur âme, les rides qui se plient et se déplient témoins des années qui passent remplies d’aventures, de pleurs, de joies, de réussites formées par l’échec, d’envies, de rêves, de recherches, d’accomplissements, de maladies, d’études, de rencontres, de séparations, de retrouvailles, d’embrassades, de remords, de mensonges, de pardons, de « je t’aime »… Tant de secondes qui forment les minutes s’engouffrant dans le ruisseau des heures rejoignant un peu plus loin le fleuve des jours puis la mer des années. La vie est bien plus belle quand on voit la beauté dans chaque chose.


ED

Etre plus maigre, avoir plus de formes, être plus ou moins musclé, avoir des cheveux raides comme des cheveux frisés, être plus petit ou plus grand, que de préoccupations futiles quand ce jour peut être le dernier. Tu n’aimes pas ta peau noire à cause des remarques que l’on te fait, cette bosse légère sur ton nez, ta tête ronde, carrée, triangle, tes grandes épaules, ta taille, tes vergetures et toutes ces cicatrices qui rendent si beau ton corps, stop! Si tu avais un vaisseau qui devait tenir toute la vie, tu en prendrais soin pour en être fier et bien, sache que tu en as un, et que tu es déjà à l’intérieur. Qu’attends-tu pour apprendre à l’aimer, le chérir, le protéger. Tu as donné la vie mais maintenant ton corps a changé, apprend à l’apprécier à nouveau, toi qui est maman. Tu es handicapé de la vie, tu es magnifique aussi! Vous êtes tous splendides! Cette oeuvre d’art dont Dieu est l’artiste t’accompagne en ce jour et je ne te demande qu’un seul effort : va devant une glace et trouve une toute petite chose qui te plaît dans ce que tu vois, n’importe quoi. Fais cet exercice chaque jour, complimente les autres personnes, ose aller les voir et leur dire que tu les trouves belles. On participe à établir la confiance de chacun! Entoure-toi des bonnes personnes, et arrête de t’autocritiquer. Si tu veux absolument perdre du poids, fais du sport et mange sainement, si tu veux te muscler alors, qu’attends-tu? T’aimer va absolument tout changer, je t’assure. La route n’est évidemment pas facile et si tortueuse parfois mais tout le monde est concerné, tout le monde a un corps, notre vaisseau….pour la vie.

N’oublie pas ta valeur. Elle n’est pas influencée par les modes, les tendances, les critiques, Dieu t’aimera toujours tel qu’il t’a créé et n’oublie surtout pas :

TU ES MAGNIFIQUE.

 

A très vite,

Emeline. 

instagramfollowers

Liens en plus :

!Allez voir cette série de vidéos « cher corps » particulièrement touchantes réalisées par la youtubeuse Léa Bordier!

La vie n’est pas juste la routine, réveillez-vous! Et cliquez 😉

Publicités

Portrait : Séraphie alias Thelittlegirl


be yourself. Always. (1)
ED Crédit image : thelittlegirl

Vous la connaissez peut-être sous son nom de youtubeuse « Thelittlegirl », aujourd’hui je vous présente Séraphie par qui j’ai eu le grand plaisir d’être interviewée pour sa chaîne youtube que vous pouvez retrouver dans ce lien! CLIQUEZ!

Si vous lui demandez de se présenter, cette fille pétillante de 18 ans aux boucles sauvages vous répondra, gênée « ça fait trop CV -rires- je suis quelqu’un….« .

Qui suis-je? Une question qu’elle n’est pas la seule à se poser encore aujourd’hui. Se redéfinir est une tâche de tous les jours. Chaque jour amène son lot de surprises et ses leçons…

Crédit : thelittlegirl

Rêveuse, un filet de voix lui échappe tandis qu’elle laisse la chaleur inhabituelle pour ce mois d’avril lui caresser le visage, la tête penchée vers le soleil : « j’adore le ciel bleu…très bleu….sans aucun nuage… »


La vie? Comme les muffins au chocolat, Séraphie la croque à pleine dent. Réfléchir en déambulant dans le paysage seule lui permet de se recentrer sur elle-même, sur l’essentiel. Sa voix douce se perd dans les odeurs d’été « j’ai jamais vraiment su qui j’étais…mais je suis sur la bonne voie. Je me trouve à travers les autres….Quand je parle avec les gens, je réfléchis sur moi. »

pixabay.com

Le but de la vie? S’épanouir. S’assumer.

Oui, vous avez bien entendu, S’ASSUMER! Dans le monde d’aujourd’hui, on essaye de montrer son individualité et son originalité mais les barrières sont toujours là.

Pourtant, comme l’a si bien dit Séraphie, « on vit avec soi toute sa vie, H24 avec nous même, autant s’assumer, s’aimer… » Maître Zen disait « S’assumer c’est s’autoriser d’exister tel que l’on est. »

Pourquoi hésiter à prendre des initiatives même si elles sortent de la norme? « Il ne faut pas chercher à se fondre dans la masse même si ça ne plait pas forcément aux autres. » nous a-dit Séraphie. « Vous vivez Votre vie, pas celle des autres! »

Oscar Wilde disait : « Il y a un moment où il faut choisir entre vivre sa propre vie pleinement, entièrement, complètement, ou traîner l’existence dégradante, creuse et fausse que le monde, dans son hypocrisie, nous impose.« 

Crédit : thelittlegirl

La vie n’a pas été un long fleuve tranquille pour cette jeune fille de 18 ans!

18 années qui ont passé si vite malgré tout.  En pleine puberté, dans son année de quatrième, elle est touchée par un mal qu’elle auto-diagnostiquera plus tard comme une dépression. L’autodestruction mentale, sa meilleure amie pendant ses années collège, a puisé ses sources dans un manque cruel de confiance en soi.

Banal selon vous? Un mal être qui peut pourtant aller très loin. Même si aujourd’hui Séraphie est une jeune femme à la conquête du bonheur, malgré les rechutes, elle a eu du mal à tourner la page et a cherché à effacer ses souvenirs douloureux à jamais. La puberté est un thème qui mériterait un article à lui entier. Changements en tous genres, poids, silhouette, visage, et tant d’autres… Beaucoup de personnes n’arrivent pas à gérer cette montagne de nouveautés. Cette jeune femme qui « se trouvait vraiment horrible » apprend de jour en jour à accepter son corps : son seul vaisseau jusqu’à la mort..

Crédit : thelittlegirl

La dépression engendre un grand sentiment de solitude que thelittlegirl a essayé de nous décrire, les yeux perdus dans le vague ou plutôt dans les souvenirs… »je voyais toutes les autres filles, minces, qui avaient l’air d’être si heureuses…j’en voulais à tout le monde…je ne voulais plus être là…je ne voulais pas vivre…je n’étais pas heureuse… » 


Séraphie étalait la spirale infernale de ses états d’âme sur les feuilles vierges de son agenda mais un jour, son voisin de classe les a vues, et a écrit dans son agenda « Je te passe une corde et un tabouret si tu veux« .

Si je fais aujourd’hui des portraits sur le blog c’est pour toutes ses choses, pour qu’elles arrêtent de se produire. Savez-vous à quel point un commentaire pareil peut faire mal même si vous pensez que ce n’est qu’une blague?


Séraphie, telle un naufragé sur son bateau, désespérée, a remis à de nombreuses reprises en question son utilité dans ce monde. « Dans ces moments, on se demande si ça vaut la peine d’exister, après tout, on ne sert à rien… » nous a-t-elle dit d’une voix triste, un pied dans le passé, sa voix témoin d’une époque révolue,  voyageuse dans le temps vers des souvenirs douloureux qu’elle cherche encore et toujours à refouler.

Ses amies l’ont beaucoup aidée à sortir de cette dépression et à respirer à nouveau. Il faut trouver de bons amis, se débarrasser des relations toxiques car même si on ne peut pas être heureux tous les jours, Séraphie nous a confié avec un sourire « L’amitié donne sens à la vie, accorde la confiance qui manque. Les amis nous poussent plus haut, nous écoutent, sans jugement. » 


Le jugement….bien trop présent à mon goût aujourd’hui.

Parlons religion par exemple! thelittlegirl nous a confié avec sincérité ce qu’elle ressentait, la peur d’air jugée par les gens qui trouvent ça « vieux jeux ». Il est très difficile aujourd’hui si l’on est pas bien entouré  : d’assumer, encore une fois. Croire n’est pas un long fleuve tranquille tantôt soumis aux assauts du monde qui se dit pourtant ouvert à tous mais qui donne parfois l’impression de se fermer de plus en plus ; tantôt traversé par des remises en question, des hauts, des bas…

Les amis ne sont pas les seuls qui peuvent aider : « La famille aussi est très importante, elle permet de se remettre dans le bon chemin lorsqu’on a emprunté le mauvais, de s’améliorer en ayant un point de vue extérieur qui peut aider. »

Pour tous ceux qui souffrent de dépression ou d’isolement, vous n’êtes pas seuls! Vous pouvez retrouver un sens à votre vie. Vous servez à quelque chose. Tout le monde a un rôle à jouer sur cette planète! VOUS AVEZ UN ROLE A JOUER! Soyez courageux, demandez de l’aide, parlez-en autour de vous, mais n’abandonnez pas!

Crédit : thelittlegirl

En plus de sa vie quotidienne d’étudiante en BTS, Séraphie est sur YouTube sous le nom de « Thelittlegirl ». L’ouverture de sa chaîne, il y a maintenant un an, aura été pour elle « une très belle découverte ».

D’abord impressionnée par tous ces YouTubers qu’elle admirait, elle n’a pas tout de suite osé se montrer mais, soudain, tout a commencé un peu sur un coup de tête, par hasard. Une envie de s’exprimer par rapport à l’école et sa chaîne était lancée, donnant naissance à une belle histoire.

 

 

 

 

 

 


Thelittlegirl ne se qualifierait pourtant pas de youtubeuse, en effet, « c’est un grand mot que je laisse aux célébrités… »

Cette plateforme lui permet de partager à ses maintenant 101 abonnés des fragments de sa vie où Séraphie cherche encore et toujours son épanouissement et se construit peu à peu. Les mauvais commentaires la pousse à se remettre en question même si, parfois, ils déstabilisent et la pousse à se demander « Est-ce la peine de continuer? Vaut-il mieux arrêter? »

Rassurez-vous, Séraphie est motivée et se consacre maintenant pleinement à sa chaîne!


pixabay.com

Ses boucles rousses dansent avec joie autour de son visage en sculpture, ses yeux sont remplis d’intelligence, et soudain…une question nous vient : Pourquoi ne pas se lisser les cheveux? « Si on est né avec des cheveux bouclés, c’est ce qui nous va le mieux à mon sens ; ça adoucit le visage! » nous a-t-elle répondu avec un doux sourire! Et on est bien d’accord 😉

Sa peau de pêche resplendit encore sous le soleil couchant, les oiseaux nous offrent un dernier concert comme pour marquer la fin de ce magnifique portrait mais il me reste un dernier message pour vous!


Pour tous ceux qui n’ont pas de projet, qui ne savent pas quoi faire de leur vie, qui doutent, Séraphie a un mot spécial qui vous est destiné :

« C’est normal de ne pas tous avoir un projet, même si ça peut être décevant, il faut continuer à vivre en attendant de trouver! » L’évènement qui sera le déclencheur, le déclic vous attend encore alors soyez patients 😉

A très vite,

Emeline. 

Crédit : thelittlegirl