À la Une

ARRETER DE SE PLAINDRE : C’EST POSSIBLE!

SE PLAINDRE -selon le Larousse en ligne- : « Exprimer sa souffrance, sa peine, son mécontentement, râler, -ou encore- rouspéter« .

⇒Vous vous sentez concernés?

ED

Partout autour de nous, que l’on en soit conscient, ou pas, des gens se plaignent toute la journée et il arrive même, bien souvent, que nous fassions partie de ces personnes. Je suis tombée un jour sur le blog de Guillaume Boute et tout spécialement sur un de ses articles : « J’ai testé le challenge 21 jours sans se plaindre ». -Allez voir son blog (il est super) en cliquant sur le lien! Il présentait ce défi qui impose d’arrêter de se plaindre pour 21 jours. Si vous voulez plus de détails sur ce défi en particulier, comme je le disais, tout est très bien expliqué sur son blog. Tout est d’ailleurs si bien dit, qu’il se peut que…j’aie aussi fait ce défi afin de vous le présenter 😉


21 jours sans se plaindre


  • Jour 1 : -Lundi 28 mai-
  • Je me suis réveillée, le défi bien dans la tête et je pense que j’ai dû me plaindre moins de 5 fois dans la journée. Une plainte peut nous échapper si vite! La plupart du temps, je commençais ma phrase et « ouuuups« . Petit à petit, on commence à tourner 7 fois sa langue dans sa bouche avant de parler et à avoir du recul sur ce qu’on dit et la manière dont on le dit.

 

  • Jour 2 : -Mardi 29 mai-
  • J’ai demandé à mes amis de me donner une légère tape sur le bras quand je me plaignais et ils me soutenaient dans ma démarche, ce qui a facilité les choses! C’est une méthode que je recommande pour son efficacité, d’ailleurs. 

 

  • Jour : 3….4……5………6… On va peut-être s’arrêter là, je vous épargne le reste 😉
  • Les jours ont donc passé et j’ai tout de suite compris quelles étaient les situations dans lesquelles flancher et se plaindre devenait une tentation très forte. La fatigue, le manque de sommeil, les devoirs, le stress ou la météo capricieuse rendaient la tâche un peu plus ardue. On se rapprochait à grand pas de la fin de l’année scolaire et je n’avais plus que les vacances en tête. Petit à petit, il faut apprendre à s’accorder des pauses quand on a un coup de mou, à dormir plus et d’une quantité régulière et à ne pas se plaindre trop. 

 

  • Jour 21 : -Dimanche 17 Juin- C’est le dernier jour du défi, il est d’ailleurs inscrit sur mon agenda à l’aide d’un « DERNIER JOUR, BRAVO! » qui m’apporte le sourire. Aujourd’hui, je n’ai pas pu m’empêcher de me plaindre une fois quand je me suis rendue compte qu’il allait falloir retirer toute la préparation d’une crème chantilly du siphon car nous n’avions pas de cartouches d’air… Et oui, je suis humaine comme vous! 😉 D’ailleurs, si une recette de Baba au rhum vous tente, je viens d’en faire un excellent pour la fête des pères! Même si c’est la fin de ces 21 jours, et donc du défi, je ne compte pas m’arrêter en si bonne progression!

Au cours de ces 21 jours, même si parfois le défi prenait la poussière dans un coin de ma tête, j’ai pu me rendre compte à quel point se plaindre n’apportait rien à part sortir la frustration du moment. Dans ce cas-là, j’ai essayé d’aller rouspèter dans mon coin ou dans ma tête pour ne pas polluer les autres. Alors oui, parfois c’est très dur d’arrêter de souffler et on a l’impression que c’est la seule chose qui peut aider mais dans ces cas-là, faites-le dans votre coin, plaignez-vous un bon coup tout seul avant de repartir avec le sourire et la bonne humeur parce que Dieu vous a accordé une nouvelle journée et qu’il est inutile de gâcher votre temps en vous plaignant sans cesse.

« Heureux sont ceux qui prennent la vie jour après jour, se plaignent très peu, et sont reconnaissants pour les petites choses de la vie ».

Si vous voulez vous plaindre du comportement de quelqu’un, allez le lui dire. Si vous voulez critiquer quelqu’un, imaginez-vous que cette personne est dans la même pièce, je vous assure que vous y repenserez deux fois avant de le faire. Si vous voulez vous plaindre de votre vie pensez à cette citation d’Abraham Lincoln « Celui qui n’a un jour osé changer, n’a pas le droit de se plaindre de la médiocrité de son existence« .

Vous vous plaignez de votre corps que vous comparez sans cesse à ceux des magazines, avez-vous essayé le sport? Et tant bien même, le sport ne remplacera jamais l’estime de soi.  Vous êtes tous magnifiques, arrêtez de vous plaindre de ce que vous n’avez pas, vous êtes en train de respirer, vous vivez, c’est une chance inouïe!

Même si vous ne pourrez pas garder votre sourire tous les jours -croyez-moi, c’est impossible-, si vous ne faites qu’un seul effort pour voir le verre à moitié plein et arrêter de vous plaindre, vous allez voir comme beaucoup de choses vont changer.


Résultat du défi :

Baisse énorme du temps perdu et gâché à me plaindre! √

DONC : Réduction du temps passé tendue, frustrée et mécontente. √

-Augmentation de la positivité. √

 Meilleure Réalisation des objectifs pour une sensation d’accomplissement inouïe. √

-Augmentation du self-control dans la parole et dans la gestion des émotions. √


DSCN0153


Se plaindre n’est qu’une mauvaise habitude et comme toutes ces affreuses habitudes, elle est évidemment difficile à perdre mais PAS IMPOSSIBLE! Loin de là! Tout le temps que j’utilisais à me plaindre me serre maintenant pour remercier.

Remercier Dieu pour cette nouvelle journée et tout ce que j’ai fait, les personnes que j’ai rencontré, les sourires, les leçons, la nature et les couchers de soleil grandioses qui laissent place aux étoiles, espoir d’un jour meilleur dans une nuit paisible, pause dans le tourbillon incessant du monde et de la vie….

Remercier ceux qui me soutiennent dans tout ce que je fais et qui me réconfortent, qui me remettent dans le droit chemin et qui me poussent à aller de l’avant, ceux qui endurent mes plaintes avec patience et qui me forcent à vouloir devenir une meilleure personne. 

Vous remercier, chers lecteurs pour le temps que vous m’accordez en me lisant, et me donnant ainsi l’opportunité de m’exprimer, vous remercier pour tous vos commentaires qui me boostent davantage chaque jour et me relèvent de mes doutes concernant la pertinence de ce blog. 

Remercier mon père en ce jour de fête pour son soutien infaillible sans lequel je vacille. Je ne pourrais jamais assez le remercier pour tout, absolument tout. 


Bonne fête des pères à tous et n’oubliez pas, arrêter de se plaindre c’est POSSIBLE et ça commence aujourd’hui surtout si vous voulez casser tous ces clichés français du petit bonhomme avec son béret, sa baguette sous le bras, de mauvaise humeur et qui se plaint tout le temps : il est grand temps de vous y mettre!

A très vite,

Emeline. 

ED
Publicités

NE PAS TOUT LE TEMPS SOURIRE : UN DROIT!


De toutes mes peurs, je suis la plus terrifiante. Je suis ma propre ennemie. Deux faces se confrontent, se jugent et se provoquent. L’une d’elle sommeille mais quand elle se réveille, elle dévaste le château fait de minces cartes fragiles qu’on bâtit tout doucement.

Alors oui, nous avons tous le droit d’arrêter de sourire parfois. Les réseaux sociaux ventent ces sourires Colgate white, ces poses parfaites réalisées par des personnes que l’on peut croire toutes aussi parfaites de l’extérieur. Les couleurs sont parfaites, l’équilibre de l’image est respecté, cette fille a fait ce que les gens voulaient d’elle mais surtout, elle a le sourire plaqué sur le visage. Mais sachez que derrière ce sourire de façade se cachent peut-être tous ses problèmes, ces fissures qu’on tente de cacher tant bien que mal avec du plâtre et un brin de peinture.


ED

Un jour quelqu’un m’a dit « Mais….où est passé ton sourire sur cette photo? » Même si c’était dit sans mauvaise intention, je n’ai pas pu m’empêcher de penser que je devrais avoir le droit de ne pas sourire, que nous devrions tous avoir ce droit, le droit d’arrêter de se dresser une vie « parfaite » pour les autres. Alors oui, on me voit souvent souriante, rieuse, pleine de vie et de joie mais la vie est un cycle sans fin. On pense s’être relevé mais notre ombre nous suit toujours, attendant le meilleur moment pour agir. On ne comprend pas, on croyait juste en avoir fini, il faut croire que la vie en avait décidé autrement.

Il faut arrêter de mentir, on porte tous notre croix, si différente ou si minime soit-elle. Un jour libéré de nos chaînes, le jour suivant entravés de nouveau…

Si le but est d’être soi-même, d’être honnête et vrai, alors laissez-nous montrer nos faiblesses, laissez-nous le droit d’enlever ce faux sourire. Le bonheur est un voyage non pas une destination, alors, montrons nos complexes, nos échecs, nos fautes, nos hontes parce qu’ils nous rendent beaux et font partie de cet incroyable voyage qu’est la vie. Nous ne sommes pas faits que de joie, de rires ou de réussite! Il y aura des jours où vous pourrez soulever des montagnes mais parfois, l’ombre rattrape et frappe et il faut l’accepter.

pixabay.com

Lundi, vous souriez mais sachez que vendredi vous avez aussi le droit de pleurer. Après la pluie vient le beau temps mais la pluie est nécessaire à la vie. Arrêter de juger sur les apparences quand vous-mêmes vous cachez derrière un masque! Si vous avez des problèmes qui vous hantent, qui vous pèsent, qui vous entravent, il est grand temps de les résoudre! Faire semblant pèse si lourd, vous allez voir combien il est agréable de se sentir léger.

Un anonyme disait : « Personne ne remarque votre tristesse et votre douleur mais tout le monde remarque vos erreurs« 

Même ceux qui paraissent forts et heureux ont besoin de temps en temps de quelqu’un qui leur prenne la main et leur dise que tout ira bien. On dit « ça va » pour éviter les pourquoi ou les explications. La vie est comme ça malheureusement…mais pourtant, il faut se relever, il faut rebondir après l’échec (j’en parle dans l’article dont je vous mets le lien) et ne pas abandonner!

SUISSE
ED

On a le droit de chercher à être heureux, à s’épanouir, et c’est pour cette raison que je parle de développement personnel sur ce blog ; parce qu’entendre quelqu’un rire est magnifique et que les vrais sourires sont des rayons de soleil qui percent la pluie…mais parfois, on a le droit de ranger le sourire au placard et de prendre une pause parce que faire semblant, c’est lourd. On ne peut pas être heureux tous les jours, et ce n’est pas grave!

 Sans tristesse, comment connaître la joie et l’apprécier à sa juste valeur?

C’était un sujet qui me tenait à coeur et je tenais à en parler avec vous. N’hésitez pas à commenter pour partager votre ressenti! N’oubliez pas : ne soyez pas avares des vrais sourires qui viennent du coeur, ce sont des cadeaux si précieux!

Prenez soin de vous, ne comptez pas les jours mais faites que les jours comptent!

A très vite, 

Emeline.

ED